Le Groupe Lymouna-Matysha installe « Lyma », la zone agro-industrielle privée à Taroudant.

lyma
0

Une première au Maroc. La zone agro-industrielle privée du Groupe Lymouna-Matysha n’est pas un projet anodin. Basée à Sebt El Guerdan, dans la province de Taroudant, ce projet innovant de l’un des grands exportateurs marocains de primeurs et agrumes a coûté plus de 400 millions DH. Pourquoi à Sebt El Guerdan ? Le choix de cette région de Taroudant n’est pas fortuit. Les atouts économiques dont jouit la région sont considérables. Sa proximité de l’aéroport Al-Massira et du port d’Agadir s’ajoute à la bonne qualité du réseau routier et à l’importance de la production agricole qu’assure régulièrement la région de Taroudant.

Portant le de « Lyma », cette première zone agro-industrielle au Maroc conçue par le groupe Lymouna-Matysha se veut déjà un écosystème agro-industriel. Composé de trois zones intégrées, à savoir la partie commerciale, industrielle et logistique, ce fleuron de la région de Sebt El Guerdan ambitionne la place du levier de développement socio-économique local et régional. « Initiée dans le cadre de la volonté royale visant à la déclinaison régionale du Plan d’accélération industrielle en se basant sur des projets innovants au niveau de la région du Souss-Massa, Lyma vient accompagner le saut considérable que connaît le secteur agricole au niveau du Souss-Massa grâce au Plan Maroc Vert (PMV) », affirme le management du Groupe dans un communiqué rendu publique par la même occasion du lancement de ce projet d’envergure.
A leurs yeux, la zone a pour vocation « la massification de la production agricole destinée à l’export, la valorisation et transformation de la production non exportée, la canalisation des efforts des coopératives locales et des produits du terroir, ainsi que la proposition de solution logistique de proximité facilitant l’accès aux consommateurs nationaux et étrangers ».
Pour ce faire il leur a fallu débloquer un budget de 400 millions DH. Quelques 180 MDH sont déjà déboursés. Lyma prévoit une vaste campagne d’embauche avec la création de 800 emplois permanents, dont 207 postes sont déjà existants. Toujours dans le cadre de l’emploi, le projet qui a fait couler beaucoup d’encre a créé 260 milles journées de travail occasionnelles dont 16.000 journées sont déjà générées par les unités existantes.

Infrastructures de Lyma.
Pour réussir ce challenge national qui ne tardera à se positionner également sur le plan international, le management du Groupe Lymouna-Matysha ont conçu Lyma sur une superficie initiale de 16 ha extensible à 30 ha. Réparties sur trois zones, elle répond à toutes les attentes. « La première zone va abriter plusieurs projets agro-industriels, en l’occurrence une unité d’emballage de bois, une d’aliment de bétail, une de production de filet agricole, une de recyclage de plastique agricole en plus d’un complexe agro-industriel », précise Taquiedine Cherradi Elfadili, Président du Groupe. Et d’ajouter que la seconde partie est consacrée à la logistique. Elle comprend « une station de service, une plate-forme logistique frigorifique, trois dépôts en location, un dépôt de conteneurs maritimes, ainsi qu’une zone parking poids lourds », poursuit-il avant de conclure que « les services et les commerces dont les showrooms, centre d’affaires, incubateurs start-up, centre de formation technique, agences bancaires, centre vétérinaire, et un laboratoire d’analyses, de recherche et développement seront installés au niveau de la troisième zone

Articles liés

  • Jan 1, 1970
    Le leader de l’aéronautique…

    Hexcel, fabricant de matériaux composites avancés, a inauguré le mercredi 21 mars 2018, son nouveau site de production à la pointe de la technologie, basé sur la zone franche de MidParc, à Casablanca. La cérémonie d’inauguration s’est déroulée en présence de Monsieur Moulay Hafid Elalamy, Ministre de l’Industrie, du commerce et de l’économie digitale, de Monsieur Nick Stanage, Président-directeur général d’Hexcel, et Thierry Merlot, Président de la division Aéronautique pour la zone Europe/Asie-Pacifique /MOA. A cette occasion, Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Economie Numérique a déclaré : « Le secteur de l’aéronautique réalise des prouesses depuis le lancement du Plan d’Accélération Industrielle, tant à l’export qu’en matière d’intégration locale. Les écosystèmes ‘moteurs’ et ‘matériaux composites’ lancés récemment, opèrent une montée en valeur significative qu’HEXCEL est appelé à soutenir et à renforcer. Le Groupe représente l’acteur ‘locomotive’ de l’écosystème ‘matériaux composites’, en particulier et son activité aura assurément un effet drainant pour d’autres investissements structurants » Dans cette nouvelle usine de 20 millions USD, Hexcel transforme les matériaux de nids d’abeilles légers en pièces usinées pour renforcer des structures, avec notamment des applications dans le domaine de l’aéronautique, plus particulièrement pour les structures d’avions, les nacelles de moteur et les pales d’hélicoptère. Le site devrait employer plus de 200 personnes d’ici 2020 et a procédé à sa première livraison client fin décembre. Le site de Casablanca fait partie du programme..

    0 Lire la suite
  • Jan 1, 1970
    Partenariat entre Boeing et…

    Le 27 septembre 2016, Boeing et le gouvernement marocain ont annoncé la signature d’un protocole d’accord (MoU) en vue de poursuivre leur objectif commun : créer un écosystème de fournisseurs aéronautiques au Maroc. Cet écosystème a pour but de générer de nouvelles sources de recettes annuelles à l’exportation en accueillant des fournisseurs de Boeing et en créant ainsi de nouveaux emplois qualifiés. Le gouvernement marocain, en collaboration avec Boeing, a élaboré un programme incitatif en vue d’attirer au Maroc davantage d’entreprises industrielles spécialisées dans les technologies aéronautiques. Boeing s’est engagé à encourager les membres de sa chaîne de fournisseurs internationale à envisager de s’implanter au Maroc pour répondre à leurs futurs besoins commerciaux, ainsi qu’aux exigences commerciales de Boeing en matière de capacités, de qualité, de compétitivité et de respect des délais de livraison. À ce jour, et en seulement deux ans, Boeing a contacté plus de 250 fournisseurs. Le constructeur d’avions s’est également engagé dans d’autres activités pour partager des informations concernant l’industrie aéronautique marocaine et sa talentueuse main-d’œuvre, ainsi que les investissements gouvernementaux et les mesures adoptées pour inciter les fournisseurs de Boeing à s’implanter au Maroc. Neuf fournisseurs, à la fois directs et indirects, bénéficient déjà de ce protocole d’accord et disposent à présent de solides atouts pour être compétitifs sur le marché aéronautique aux côtés de Boeing et d’autres fournisseurs officiels. Récemment, deux fournisseurs, Hutchinson et..

    0 Lire la suite
  • Jan 1, 1970
    Énergies : Le groupe…

    Pour sa première implémentation en Afrique, le groupe FHE spécialiste français dans la vente de solutions automatisées de gestion d’énergie, a choisi le Maroc et plus précisément l’Atlantic Free Zone de Kenitra. L’Atlantic Free Zone n’a pas fini d’attirer de grands noms de l’industrie à l’échelle mondiale. En effet, la zone a séduit récemment des leaders dans leur domaine d’activité, à l’instar du fabricant chinois de jantes en aluminium Dicastal, ou encore le leader des emballages GPC. Une dynamique dopée par l’installation sur le site du groupe PSA dont la production de l’usine devrait démarrer mi-2019. Ce qui a eu pour effet d’attirer d’autres mastodontes de l’automobile, avec pas moins d’une dizaine de grands groupes automobiles qui sont installés sur le site et qui sont déjà opérationnels. Aujourd’hui, le site accueille un nouvel opérateur spécialisé dans la vente de solutions automatisées de gestion d’énergie. Il s’agit du groupe FHE qui a procédé à la signature avec MEDZ du lancement des travaux pour la construction d’une nouvelle usine à Kénitra (Atlantic Free Zone) dans les solutions de stockage d’énergie de calories. Déjà présent en en France, en Allemagne et bientôt en Espagne et Italie, le Groupe FHE a ainsi choisi le Royaume du Maroc pour se lancer en Afrique, continent au potentiel énorme dans les solutions de management et de stockage de l’énergie. L’usine de Kenitra, qui s’étalera sur 5000 m²..

    0 Lire la suite
  • Jan 1, 1970
    L’Institut de formation aux…

    L’Institut de formation aux métiers des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique de Tanger entrera bientôt en service. L’adoption de son cadre juridique reste la dernière étape. Ce dernier vient d’être défini par le gouvernement à travers l’adoption d’un décret portant création et organisation de cet établissement. Selon le décret, cet institut délivrera des diplômes de spécialisation professionnelle, de technicien et de technicien spécialisé, avec une formation qualifiante pour l’intégration au profit des entreprises du secteur des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique ainsi que des sessions de formation continue et de perfectionnement au profit des salariés des entreprises du secteur. Pour rappel, le coup d’envoi des travaux de cet institut a été donné par le Roi Mohammed VI et le Président français François Hollande en septembre 2015. Ses travaux de construction sont sur le point d’être achevés. Cet institut a été édifié sur une superficie de 19.735 m2 avec un investissement de 95 millions de DH. Il disposera, en plus de salles de cours traditionnelles, de mini-centrales de production de l’énergie dont une station de cellules photovoltaïques et une travaillant au biogaz et qui serviront de salles de cours pratiques à l’air libre. A noter que la réalisation de cet institut s’inscrit dans le cadre de l’application de la convention de partenariat signée en 2011 entre l’État et les professionnels du secteur des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique..

    0 Lire la suite
  • Jan 1, 1970
    Mister-Auto, le spécialiste de…

    Le spécialiste mondial de la vente en ligne de pièces automobiles, filiale de PSA, Mister-Auto s’implante au Maroc dans le cadre de son développement international. Présente aujourd’hui dans 19 pays avec 200 employés, et après une implantation au Brésil en 2016, Mister-Auto a choisi le Maroc pour se lancer en Afrique, continent au potentiel énorme dans les années à venir pour le secteur automobile. En s’implantant au Maroc, Mister-Auto s’appuie sur son expertise de la distribution de pièces de rechange pour lancer une offre disruptive au profit des consommateurs marocains. Avec 3 000 références actuellement en ligne, Mister-Auto a pour ambition de proposer le double dès le mois de juin et 10 000 fin 2018. En effet, Mister-Auto.ma offre tous types de pièces pour toutes les marques de véhicules, et ne vend que des pièces neuves et d’origine équipementier ainsi que la marque BOLK, MDD de Mister-Auto. Les principales familles déjà disponibles sur le site sont le freinage, filtration, suspension, balai d’essuie-glaces, radiateur, kit d’embrayage etc… A cette occasion, le Directeur Business Développement International, David Boccalini a déclaré : « Nous sommes heureux de nous implanter au Maroc. Ce marché estimé à près de 7 milliards de MAD pour les véhicules légers et petits utilitaires représente un enjeu de développement important pour Mister Auto. Le Maroc a largement confirmé sa vocation de hub africain et le lancement de la plateforme marocaine Mister-Auto.ma..

    0 Lire la suite
  • Jan 1, 1970
    Automobile: Signature d’une convention…

    Le Maroc et le groupe chinois Citic Dicastal ont signé, jeudi 26 juin 2018 à Rabat, une convention d’investissement pour la réalisation d’un projet industriel portant sur la production de jantes en aluminium, nécessitant un investissement de 350 millions d’euros et permettant la création de 1.200 emplois. En vertu de cette convention d’investissement signée par le ministre de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Economie Numérique, Moulay Hafid Elalamy, le ministre de l’Economie et des Finances, Mohamed Boussaid et le Vice-président de Citic Group Corporation et Chairman de CiticDicastal, Xu Zuo, l’implantation de Citic Dicastal au Maroc se fera en deux phases, à Kénitra puis à Tanger. Le Groupe développera ainsi ses activités à l’Atlantic Free Zone, à Kénitra avec un démarrage de production prévu en fin 2019, puis renforcera sa présence au Maroc à travers une nouvelle implantation à Tanger Tech. “Un pionnier mondial de production de jantes en aluminium vient nourrir l’écosystème PowerTrain et introduit au Maroc une activité à haute valeur ajoutée”,  a affirmé  Moulay Hafid Elalamy en précisant que  “la  mise, œuvre de ce projet stratégique signé devant sa Majesté le Roi Mohammed VI; que Dieu l’assiste, reflète la forte  volonté du Royaume du Maroc et de la Rébublique populaire de Chine de renforcer leur relation bilatérale, rehaussée suite à la visite de Sa Majesté le Roi en Chine en mai 2016 ». Ce projet d’envergure..

    0 Lire la suite
  • Jan 1, 1970
    Automobile : Le Groupe…

    Dans le cadre du plan de développement du groupe PSA dans la région Moyen-Orient et Afrique, l’entreprise automobile a annoncé son démarrage en 2019 pour arriver à une capacité de production portée à 200.000 véhicules/an dès l’année 2020. À cet effet le ministre de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Economie Numérique du Royaume du Maroc, Moulay Hafid El Alamy a souligné que : « L’Ecosystème PSA se déploie avec une cadence de réalisations soutenue et des accomplissements importants. Le tissu d’acteurs se diversifie avec l’implantation de nouveaux équipementiers, le taux d’intégration gagne en profondeur, le volume d’achat local se développe et un écosystème R&D se construit.» Pour sa part, le vice-président de la région Moyen-orient et Afrique du groupe français, Jean Christophe Quemard, Executive Quémard a déclaré : « « Le Groupe PSA met en place au Maroc un dispositif complet couvrant l’ensemble de la chaine de valeur automobile, notre projet n’a pas d’équivalent en Afrique», ajoutant « Aujourd’hui nous franchissons une nouvelle étape en doublant le capacitaire de notre usine de Kenitra à horizon 2020 ». Aussi, l’usine de Kenitra produira dès 2019 des moteurs et des véhicules et disposera d’une capacité initiale de production 100.000 véhicules/an. Elle s’appuiera sur le tissu de fournisseurs marocains permettant d’atteindre dès le démarrage un taux d’intégration locale de 60% et de 80% à terme. Compte tenu du succès de ses produits au niveau mondial et dans la région Moyen-Orient et Afrique, le Groupe..

    0 Lire la suite
  • Jan 1, 1970
    Automobile : signature de…

    Dans le cadre du renforcement du dispositif de formation, axe stratégique du Plan d’Accélération Industrielle, quatre conventions portant sur l’accompagnement en compétences des écosystèmes automobile ont été signés, lors de l’AMT 2019, par le Gouvernement, l’AMICA, le Groupe PSA Maroc et le Groupe Renault Maroc. Ainsi, ces conventions visent l’adaptation de la formation dans certains métiers de l’automobile aux besoins des écosystèmes du secteur. L’objectif est d’accompagner la dynamique que connaît l’industrie automobile en mettant à la disposition des opérateurs une offre de main-d’œuvre qualifiée qui s’adapte à la demande générée par le secteur. Les conventions ont été signées par le ministre de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Économie numérique, Moulay Hafid Elalamy, la Directrice générale de l’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT), Loubna Tricha, le Secrétaire général du département de la formation professionnelle, Arafat Atmoun, ainsi que les Directeurs généraux respectivement de PSA Maroc, Rémi Cabon, et de Renault Maroc, Marc Nacif, et le président de l’AMICA, Mohamed Lacham. La 1re convention conclue par le PSA Maroc vise l’adaptation et le développement de la carte de formation des métiers de l’Automobile pour répondre aux besoins exprimés par PSA Maroc et le secteur. Une 2e convention spécifique de partenariat  signée avec le Groupe PSA porte, quant à  elle,  sur  la mise en place d’un cursus de formation en maintenance industrielle. Elle a..

    0 Lire la suite
  • Jan 1, 1970
    GPC Papier et carton…

    C’est en présence de Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Economie Numérique, Aziz Rebbah, ministre de l’Energie, des Mines et du Développement Durable, du Gouverneur et du Wali ainsi que de Mama Tajmouati, présidente-directrice générale de Ynna Holding que GPC a inauguré, mardi 21 novembre à Kenitra, deux nouvelles installations pour un investissement de plus d’1 milliard de dirhams. Le leader des emballages en carton ondulé a investit plus 800 millions de dirhams à Kenitra dans une nouvelle caisserie a été inaugurée pour 500 millions de dirhams à Atlantic Free Zone et 300 millions de dirhams dans une nouvelle usine de recyclage A cet effet, le ministre de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Economie Numérique, a déclaré : « GPC réalise un investissement majeur qui bénéficiera assurément du dynamisme des filières industrielles. Il s’inscrit pleinement dans la démarche du Plan d’accélération industrielle et se déploie dans un secteur offrant de bonnes perspectives de développement induites, notamment par les besoins spécifiques et croissants en packaging des entreprises, les nouveaux modes de consommation des marocains et l’ascension de la grande distribution faisant appel à des emballages intelligent ». A travers cette opération, GPC marque une nouvelle étape de sa croissance à travers une nouvelle usine de recyclage de papier et de carton, située sur la route de Tanger, pour un montant de 300 millions de dirhams, et..

    0 Lire la suite
  • Jan 1, 1970
    Investissements au Maroc :…

    48. C’est le nombre de projets d’investissement ayant été approuvés par la Commission nationale des investissements, pour un montant global de 32,32 Milliards de Dirhams devant permettre la création de 6 190 emplois directs et 13 952 emplois indirects. C’est l’industrie qui se taille la part du lion avec avec un investissement de 18,97 Milliards de Dirhams et 59% du total des projets envisagés. Le secteur du Dessalement d’Eau de Mer occupe la deuxième position avec 3,46 Milliards de Dirhams, soit 11% des investissements projetés. Le secteur du Transport et Infrastructures arrive quant à lui en troisième position avec 10% des investissements projetés. Répartition des emplois par secteur S’agissant de la répartition des emplois par secteur, l’Industrie se place en tête avec 2 650 emplois directs soit 42,81% des emplois à créer, suivi du secteur de l’Industrie de la pêche et agroalimentaire avec 1 535 emplois, soit 24,80% des emplois prévus. Le secteur du Tourisme et Loisirs arrive en troisième position avec 20,18% des emplois projetés, soit 1 249 emplois directs. Origine des investissements L’origine de ces investissements provient essentiellement des investissements nationaux avec 85% des projets projetés. Les Joint-ventures arrivent en seconde position avec 12% du total des montants. Ces Joint-ventures rentrent dans le cadre de la mise en œuvre de grands projets dans les secteurs du Dessalement d’Eau de Mer et des Énergies Renouvelables. Répartition des investissements par région La..

    0 Lire la suite
  • Jan 1, 1970
    Tanger: Inauguration de la…

    Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Economie numérique a inauguré le 9 mai à Tanger  la première usine Furukawa Electric en Afrique et au Moyen Orient. Située dans la zone franche de Tanger, cette usine de trois hectares a nécessité un investissement initial de 200 millions de dirhams. Moulay Hafid Elalamy a déclaré que « l’ouverture de cette usine s’inscrivait dans le cadre du plan d’accélération industrielle qui ambitionne de faire du secteur industriel un levier majeur de croissance.. »., en ajoutant que « l’usine va répondre à une demande grandissante de connectivité à haut débit tant au niveau national qu’à l’échelle du continent et participera à un développement accéléré des technologies et services numériques en Afrique ». Tenant compte de l’ampleur des défis à relever et des insuffisances qui freinent la pleine expansion du secteur industriel marocain, le Plan d’Accélération Industrielle (PAI) s’inscrit dans la lignée du Plan Emergence et vise à faire de l’industrie un levier majeur de croissance. Pour sa part, Timothy F. Murray Vice-Président de Furukawa a relevé que “La demande des consommateurs pour une meilleure connexion Internet a conduit à la prolifération des data centres de pointe, de la technologie sans fil 5G et de la fibre optique pour les foyers (FTTH). Ces nouveaux modes de connexion, ainsi que la numérisation accrue des communications dans les entreprises, créent le besoin en fibre optique dans le réseau..

    0 Lire la suite
  • Jan 1, 1970
    MTA SPA s’implante au…

    MTA investit au Maroc. L’entreprise italienne leader dans la conception et la production de composants électroniques et électromécaniques pour l’automobile, l’agriculture et l’industrie du tout-terrain commence son activité dans la zone franche de Kénitra.  Au début du mois d’avril, MTA a commencé son activité au Maroc dans son nouveau site de production, localisé dans la zone franche de Kénitra. L’usine couvre une surface de 50.000 m2. Elle est conçue selon les normes architecturales et de sécurité qui caractérisent tous les sites MTA dans le monde entier. Dans une première phase, l’unité de production s’occupera de l’assemblage des différents types de connecteurs. En 2019, elle passera à l’assemblage des boites de distribution de la puissance. En 2020, début de la production de composants électroniques produits pour la première fois en dehors de l’Italie. D’ici à 2024, les investissements totaux dans cette nouvelle unité de production s’élèveront à environ 42 millions d’euros et bénéficient du soutien du Royaume conformément aux politiques industrielles du pays. Les emplois directs et stables seront 450, dont 50 réservés à un personnel de R & D hautement spécialisé. À cette fin, MTA a déjà signé des accords de collaboration avec des universités et des centres de recherche locaux afin de créer un département d’excellence qui contribuera à la poursuite du développement du site de production. Selon son directeur général, Antonio Flachetti, le Maroc représente une formidable opportunité..

    0 Lire la suite
  • Jan 1, 1970
    Leclerc ouvre son premier…

    Les centres Leclerc lancent mardi une nouvelle enseigne dédiée à la vente de produits biologiques, pour coller «à la refondation du modèle alimentaire» en cours et grappiller une part des 8 milliards d’euros de ce marché en pleine croissance, indique leur président à l’AFP. Parallèlement aux ventes de produits biologiques en hypermarchés et sur internet, le distributeur, qui pèse encore près de 21% de parts de marché malgré une tendance au recul ces derniers mois, avait annoncé en février son intention d’ouvrir 200 «concepts bio» dans les cinq ans, baptisés «Le marché bio Leclerc». Inauguré mardi à Saintes (Charente-Maritime), le premier magasin de cette «nouvelle enseigne spécialisée», fort de ses 5.000 références, est destiné aux «fans de bio, ceux pour qui le bio est un univers où on se sent bien», souligne Michel-Edouard Leclerc, le président du groupement, persuadé de «faire un carton». Plusieurs points de vente ont servi ces derniers mois de tests, et il s’agit désormais «d’accélérer» le mouvement, sachant que la part de la vente de produits bio avoisine les 4% du chiffre d’affaires total du distributeur, dont le siège est à Ivry-sur-Seine au sud-est de Paris. Carrefour est au même niveau quand Monoprix (groupe Casino) fait le double. Avec un chiffre d’affaires de 8 milliards d’euros en 2017 et une croissance annuelle qui dépasse les 20%, le marché du bio en France attire les convoitises. Pour..

    0 Lire la suite
  • Jan 1, 1970
    Lancement de l’appel à…

    L’Agence Millennium Challenge Account-Morocco (MCA-Morocco) lance, en partenariat avec le Ministère de l’Industrie, de l’Investissement,du Commerce et de l’Economie Numérique (MIICEN), le 1er mars 2019, l’appel à projets du Fonds des Zones Industrielles Durables « FONZID ». A cette occasion, une rencontre d’information sera organisée le 28 février 2019 à Rabat, dans le but d’informer et de sensibiliser les candidats potentiels sur les objectifs du FONZID, les critères d’éligibilité audit Fonds, les normes et standards de qualité exigés et les modalités de préparation, de soumission et d’évaluation des projets. Cet appel à projets s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du projet « Foncier Industriel » relevant du deuxième programme de coopération « Compact II », conclu le 30 novembre 2015 entre le gouvernement du Royaume du Maroc et le gouvernement des Etats-Unis d’Amérique, représenté par Millennium Challenge Corporation(MCC), et dont la mise en œuvre a été confiée à l’Agence MCA-Morocco. Le FONZID, mis en place conjointement avec le MIICEN et doté d’une enveloppe de 30 millions de dollars dont 50% apporté par le Gouvernement marocain, vise à renforcer le modèle de zones industrielles durables et à contribuer à l’amélioration de la productivité et des performances environnementales et sociales des entreprises dans les zones industrielles. Ce faisant, ce fonds viendra augmenter l’offre de terrains industriels répondant aux besoins des entreprises en termes notamment d’emplacement, de qualité des infrastructures, de services d’accompagnement et de prix compétitifs et contribuera..

    0 Lire la suite
  • Jan 1, 1970
    L’espagnol ACS remporte un…

    Le Groupe espagnol ACS a obtenu, à travers sa filiale d’ingénierie Intecsa Industrial, deux nouveaux contrats au Maroc. Ces marchés, attribués par le Groupe OCP, représentent près de 2,8 milliards de DH (255 millions d’euros). Les travaux porteront sur l’ingénierie de base, l’ingénierie de détail, la fourniture d’équipements et de matériaux, la construction et la mise en service de deux usines d’acide sulfurique d’une capacité de« 5.000 tonnes par jour ». L’acide sulfurique sera utilisé comme matière première pour la production d’engrais phosphatés granulés et l’énergie produite dans ces usines sera utilisée dans le complexe industriel où elles seront situées, éliminant pratiquement le besoin d’énergie électrique externe.

    0 Lire la suite

Laissez nous un commentaire